UNE LONGUE HISTOIRE

Le Domaine de Couffran

Le pigeonnier remonte à l’époque de l’ancien régime et déjà dans les archives de l’Abbé Baurein datant du 18eme siècle, il était évoqué la maison noble de « Cousran ». De nombreuses familles s’y sont succédées mais la plus connue est certainement celle du Baron de Brane surnommé le « Napoléon des vignes » qui va imposer le Cabernet en Médoc comme le cépage principal.

C’est après la révolution que Jean-Valère Cabarrus, armateur et négociant déjà propriétaire de prestigieux domaines viticoles fait l’acquisition du Château Couffran.

Fin 19eme, la famille Célérier négociant à Bordeaux profite du rayonnement des vins de Bordeaux et du développement économique viticole pour investir dans le vignoble Médocain en achetant Couffran. Ils décident aussi de faire de grands travaux dans le Château pour lui donner son architecture définitive.

L’acquisition par Louis Miailhe en 1924 est une étape importante pour ce cru. Louis Miailhe décide alors de l’orthographe définitive de « Coufran ». Il débute un gros travail de restructuration du vignoble pour planter majoritairement du Merlot Noir, cépage plus rond et charmeur, fortement plébiscité à cette époque.

 

La famille Miailhe

Originaire du Tarn et Garonne, cette famille s’établit à Portets dans les Graves puis à Bordeaux. Connus comme courtier en vin ; le premier à entrer dans cette profession fut Elie, nommé Courtier Royal par lettre patente en 1793 (source bibliothèque départementale).

Le bureau de courtage du même nom ne vit seulement le jour qu’en 1818 (source familiale). Des générations successives exercèrent cette profession sans discontinuité. Jean Miailhe fut le dernier à vivre de cette activité qu’il arrêta en 1970.

Le premier membre de la famille Miailhe à devenir viticulteur dans le milieu du 19ème siècle fut Frédéric (Château Siran) par un hasard de sa vie privée : son mariage.

Plus tard, pendant les grandes crises viticoles des années 1920 à 1950, ses deux fils Louis et Edouard complétèrent leur activité de courtier en investissant dans d’autres crus médocains.

Depuis la vente de Pichon Contesse par May Eliane de Lencquesaing (fille d’Edouard), le dernier viticulteur de cette branche familiale est son neveu Edouard Miailhe à Siran.

Pour les descendants de Louis, seul son fils Jean est resté dans la viticulture à Coufran puis à Verdignan. Depuis les années 80, ses deux enfants Marie Cécile Vicaire et Eric Miailhe ont pris le relais.